il était une fois

ULTIM SAILING​

Sponsoring et événementiel sont-ils à propos après 2 ans de Covid, entre autres ? Est-ce le meilleur moment pour se lancer et proposer une offre nouvelle ?

D’aucun dirait, peut-être, que le moment aurait pu être mieux choisi.

Dans le même temps, faire l’acquisition d’un trimaran de 31 mètres de long sur 21 mètres de large culminé par un mât de 35 mètres pour le commercialiser sous le joug d’un nouveau modèle économique ne rajoute-t-il pas une complexité supplémentaire ?

Entreprendre demeure, toujours, une aventure fantastique. Du même ordre, mais à terre, que ce que les marins endurent quand ils partent sans savoir.

Car c’est bien là le sel de cette aventure qu’est Ultim Sailing ; une SAS dirigée par Emmanuel Bachellerie et Mathieu Sarrot, tous deux guidés par quelques convictions parmi lesquelles…

… la course au large est un sport d’avenir embrassant bon nombre de valeurs d’aujourd’hui et de demain ; le courage, l’adversité, le respect des éléments, l’aventure et l’inconnue.

… la mer, comme la montagne, sont des terrains de jeux exceptionnels, véritables machines narratives, d’imaginaires.

… que restera-t-il aux media mainstream, demain ? Le cinéma ou les séries ? Préemptées par les plateformes. L’information quotidienne ? La multiplicité des canaux rend la perspective aléatoire. Alors ? Alors il y a aura le « live », qu’il soit culturel, sportif ou du théâtre du monde.

… les modèles économiques d’organisation changent en profondeur.

Forts de ces quelques convictions et de la réalité du développement exceptionnel des différentes classes de bateaux, de la Classe Mini à la Classe Ultim 32/23, nous avions envie de proposer à l’ensemble de la chaîne de valeur (armateurs, marins, équipes, partenaires privés et publics, media) une vision alternative pour produire ces événements qui mobilisent le grand public ou les publics des organisations, une vision alternative de leurs financements, une vision alternative du lien généré entre l’ensemble des acteurs d’une course au large.

Parce que nous sommes passionnés par ces histoires de mer et ces marins qui partent dessiner, chaque fois, de singulières histoires, passionnés par ces joutes navales de très haut niveau, passionnés par le nécessaire engagement des marques bien au-delà de la communication publicitaire, passionnés par notre métier ; le tout, avec raison.

Alors cette aventure est, peut-être, osée mais… et ce n’est pas de nous mais de Benjamin Franklin : « il y a bien des manières de ne pas réussir, mais la plus sûre est de ne jamais prendre de risques ».

portrait Emmanuel Bachellerie

Emmanuel
Bachellerie

Que diriez-vous d’un homme qui place haut Victor Hugo, Raymond Aron et… Loïck Peyron ? Et qui, facteur aggravant, lit un roman ou un essai politique par semaine et, par-dessus le marché, poste trois commentaires argumentés sur les réseaux sociaux en lien avec l’actualité ? Allez, soyez franc(s) : feriez-vous confiance à un social-démocrate, européen, libéral et pire, sorti des écoles parisiennes ? Et qui, de fait, n’est ni Léonard, ni Trégorois, ni encore moins Bigouden. N’était-il tout simplement pas étrange de voir un Versaillais, alors âgé de 42 ans, prendre en 2014, la barre d’une classe naissante de trimarans géants, celle de la Classe Ultime, et la soutenir pendant sept ans, souvent face à des vents contraires ? Emmanuel Bachellerie, s’il est un homme de communication – selon la formule fourre-tout – parle moins qu’il n’écoute. Ce qu’on cherche dans une organisation, qu’elle soit sportive, humanitaire, politique, internationale, ce n’est pas une technicité – elle sera nécessairement au rendez-vous – ni des phrases toute faites ; non, ce qu’on cherche, c’est un homme qui sache parler aux hommes et aux femmes qui vont, soit modifier l’Histoire, ou alors plus modestement comme ici fabriquer des histoires. Mathieu Sarrot et Emmanuel Bachellerie ne sont précisément pas des hommes de mer, mais connaissent intimement celles et ceux qui vont sur l’eau. Ils ne navigueront pas. Ce n’est pas leur travail. En revanche, ils écrivent une nouvelle page pour que ceux qui savent naviguer à armes égales puissent le faire. Et nous, éventuellement voyager.

Jean-Louis Le Touzet, 22 avril 2022

photo portrait de Michel Sarrot

Mathieu
Sarrot

Organisateur de courses au large, Mathieu Sarrot compose des histoires de mer et de marins depuis le quai. Les portées qu’il dessine en clé de sol ont vocation à voir s’ébattre les notes des marins, à accueillir leurs cadences. En 25 ans de métier, le Parisien nourri au bon vent de Saint-Malo a déjà veillé sur la bonne tenue de plus de 45 courses au large. La vocation n’est pourtant pas aisée lorsque, aux départs et leur cortège d’angoisses, on préfère le verre partagé avec le dernier. En quatre Routes du Rhum, huit Solitaires du Figaro, autant de Transats AG2R La Mondiale et de Transat jacques Vabre, cinq Trophées BPE, trois Courses de l’Europe et une myriade de galops de figaristes, le compositeur a connu bien des bonheurs.

Pour se mettre en phase avec l’exercice de la navigation, Mathieu Sarrot a donné à sa trajectoire la géométrie d’un passage de front : du droit d’abord, puis un bord de recalage par une école de communication, pour parfaire sa définition de l’allure à donner à une course. Ses rencontres avec Pierre Bojic, Éric Tabarly, Gérard Petipas ou Jean Maurel ont nourri son désir perpétuel de laisser cours aux histoires vraies, à l’authentique. Le lien profond qu’il a développé depuis 1994 avec la communauté des gens qui naviguent le rend légitime dans sa volonté de dessiner ses courses avec les marins. Avec Ultim Sailing, la structure qu’il anime avec Emmanuel Bachellerie, Mathieu Sarrot met à l’épreuve sa conviction que les courses au large peuvent s’inscrire en conformité avec l’époque, en développant un modèle plus frugal, plus agile et, il l’espère, plus vertueux.

Frédéric Pelatan, 22 avril 2022

événements

Brest Atlantiques
Novembre 2019
Finistère Atlantique - Challenge ACTION ENFANCE
Juillet 2022

Métiers

Edit

Ultim Sailing a acquis, au printemps 2021, l’un des 7 Ultims que compte la planète. D’une longueur de 31 mètres de long, de 21 mètres de large et d’un mât de 35 mètres de haut, le trimaran est proposé à la location annuelle pour pouvoir participer aux grands événements nautiques tout en permettant à ses parties prenantes (collaborateurs, clients, partenaires, prospects) de vivre des expériences uniques.

Dans le prolongement de cette acquisition, Ultim Sailing propose aux marins, en recherche de sponsors et de partenaires, d’examiner toute problématique relative au montage d’un projet ; de la ClasseMini aux Ultim.

Edit

Les deux dirigeants d’Ultim Sailing ont, à eux deux, 33 années d’expérience dans le domaine de la course au large. Passionnés par ce sport et ses théâtres naturels, ils ont à cœur de passer de l’idée au projet.

Parce que les collectivités, les partenaires privés, les équipes et leurs sponsors ont, tous, des problématiques différentes et complexes à enchevêtrer…

Parce que les media ont une appétence pour le « live »…

Parce que le grand public rêve d’aventures…

Parce que nous aimons ces machines et les marins qui vont dessus.

Pour toutes ces raisons, il nous est apparu utile de proposer de partager nos réflexions et de les mettre en œuvre ; quand tel territoire veut faire savoir la protection de son littoral, son engagement dans le maritime, l’accompagnement de ses filières industrielles ou quand telle marque veut raconter des histoires alternatives qui emmènent la totalité de ses publics.

Qu’il s’agisse de « Brest Atlantiques » en 2019, le « Trophée BPGO » ou « Finistère Atlantique » cette année… chaque projet a eu ou aura sa singularité. C’est une promesse que nous nous faisons et partageons à nos interlocuteurs.

Edit

La course au large n’est pas un sport comme les autres.

Il est à ciel ouvert, à contrario d’une enceinte fermée. Il ne bénéficie pas de droits TV. Il est fait de ce bois singulier qu’ont celles et ceux qui partent en mer ; taiseux, durs au mal et amis de l’inconnu, de l’incertitude.

Que vous soyez collectivité ou marque commerciale, nous vous accompagnerons dans les questionnements et réponses à apporter aux interrogations qui seront les vôtres au moment de vous engager. Parce qu’une fois qu’on a goûté au sel de la course au large, difficile de s’en éloigner.