Les mots de la fin…   

Samedi midi, le rideau est tombé sur la première édition de la course Ultim Finistère Atlantique – Challenge ACTION ENFANCE. Après la traditionnelle remise des prix, les trimarans Ultim et leurs équipages ont quitté Concarneau, salués par une salve de fumigènes à leurs couleurs au pied de la Ville Close. Une jolie manière de clore l’événement qui a tenu son pari tout au long de dix jours cumulés de festivités à terre et de compétition sur l’eau sur un parcours original, via les Canaries et les Açores. 25 marins aux impressionnants palmarès ont donné libre cours à une confrontation sportive qui a marqué les esprits. Au-delà, la course s’est aussi efforcée de permettre une mise en lumière inédite de la Fondation ACTION ENFANCE. Elle a également initié des rencontres avec des entreprises mécènes, ou encore véhiculé du rêve et de l’inspiration aux enfants qu’elle accueille. Au terme de cette première, tous les indicateurs sont au vert pour espérer une deuxième édition dans deux ans qui reprend ces fondamentaux autour de ces bateaux d’exception… 


Emmanuel Bachellerie, co-organisateur :
« Le bilan est positif en tout point. Sportivement d’abord, si on en croit les retours des marins sur le parcours marqué par un combat de titans à l’avant, un écart final à l’arrivée de 26 minutes entre les deux premiers, le tout servi par une météo parfaite. Difficile de rêver mieux. Deux équipages ont vécu des contre-coups un peu compliqués, c’est toujours décevant, mais c’est la loi du sport. Au niveau du partenaires :  la CCI, le département, la région Bretagne, la ville de Concarneau et surtout la fondation ACTION ENFANCE, tous sont satisfaits de cette première qui s’est montée dans des délais très courts.
Le partenariat avec la fondation est fondamental, et il reposait sur une volonté partagée d’initier des actions en faveur des enfants. On en a accueilli plus de 30, qui ont fait le trajet pour passer 48 heures avec nous pour soit aller aux Glénan, soit pour visiter les bateaux ou la criée. Je crois qu’on est parvenu à leur apporter un petit peu de lumière tout  au long de cette semaine, et cela n’a pas de prix. Par ailleurs, l’événement a permis à cette visibilité additionnelle nécessaire pour un fondation qui recherche des fonds pour fonctionner et mener des projets de développement autour de sa mission en lien avec la protection de l’enfance.
En tant qu’organisateurs, on a envie de créer des courses inscrites dans la durée. Aujourd’hui, il est fort probable que cette Finistère Atlantique – Challenge ACTION ENFANCE revienne, dans deux ans, à Concarneau, sur le format et avec les mêmes partenaires. »

Mathieu Sarrot, co-organisateur : « La course a été passionnante à suivre, surtout devant avec des bateaux qui ne se sont jamais lâchés sur six jours de course et 4500 milles parcourus sur l’eau. Ils étaient ravis, surpris même des progrès qu’ils ont réalisés cet hiver. Les voir fonctionner à ces vitesses là, à 110% de leur potentiel en équipage, c’est assez fabuleux. On est très fiers de ça. Les deux autres concurrents sont forcément déçus, mais c’est le jeu. La course au large reste un sport mécanique. Le parcours est le fruit d’une discussion avec les marins qui voulaient naviguer et exprimer le potentiel des plateformes, sur un parcours qui fasse à peu près la même longueur que la Route du Rhum. Le format a été apprécié, et nous sommes très heureux d’avoir pu produire cet événement en y apportant du sens autour de la fondation ACTION ENFANCE et aux cotés de partenaires qui nous accompagnent depuis de nombreuses années comme Armor Lux et la CCI Métropolitaine Bretagne Ouest »

François Vacherat, directeur général de la fondation ACTION ENFANCE : « On voit que cette opération dans le cadre de cette course, une première pour nous, dispose d’un fort potentiel.  C’est une belle réussite, dans la mesure où elle s’est montée en trois mois. Notre fondation a vocation à continuer à se déployer pour prendre en charge les enfants placés et nous regardons attentivement les territoires, en France, où les besoins seraient plus importants que d’autres ; Le grand ouest en fait partie. Ce partenariat avait trois objectifs : se faire connaître auprès de donateurs, qui entrent à hauteur de 15% dans le budget de la fondation et pour financer certains projets spécifiques, comme ceux à destination des jeunes de plus de 18 ans ; rencontrer ces donateurs qui peuvent être des entreprises, notamment par le biais de la CCI ; et enfin développer des actions pédagogiques au cœur de l’événement. »

L'info en continu

24h en moins de 20h ? Les Ultim ont bravé l'impossible 😉💪
Découvrez les belles images et réactions à l'arrivée des concurrents aujourd'hui !
Clap de fin 🎬 sur cette 1ère édition des 24h Ultim, place à la #RDR2022 :
https://youtu.be/QOdXOO1mGfE
@bpgrandouest

📰 Débrief, temps de course et retours sur la 1ère course et victoire de @CCaudrelier sur @GitanaTeam sur #24hUltim :
https://www.ultimsailing.com/actualites/charles-caudrelier-frappe-fort/
Un joli podium avec @VoileBanquePop & @Sodebo_Voile à un mois de la @routedurhum #RDR2022

Load More