Déjà plus de 650 milles avalés

Depuis plus de 24 heures, les 25 équipiers de la Finistère Atlantique Challenge ACTION ENFANCE mènent leurs machines à vive allure. En témoignent les vitesses moyennes des Ultim sur les dernières heures de course : près de 34 nœuds ! Après un premier passage de front cette nuit nécessitant de nombreuses manœuvres et changements de voiles, les géants des mers filent au portant en direction de Porto.

Après un départ dans de petits airs, les 4 Ultim ont réalisé des trajectoires vers l’Ouest afin de toucher du vent plus soutenu. Suite à un long bord allant de la pointe de Penmarc’h à environ 200 milles au large, ils ont effectué un empannage en milieu de nuit avant de démarrer la descente au portant. Au petit matin, Anthony Marchand, équipier à bord d’Actual Ultim 3 se réjouit : “les grandes glissades vers les Canaries ont démarré”, sur une mer relativement plate. “C’est une course de vitesse » indique Armel Le Cléac’h, skipper de Banque Populaire, alors qu’il file à 35 nœuds, à seulement 5 milles du leader en début d’après-midi, le Maxi Edmond de Rothschild qui tient sa position depuis les premières heures de course. Le skipper, Charles Caudrelier témoigne : “C’est des conditions de rêve, on a un peu de vent et la mer est plate. On se tire la bourre avec nos camarades qui ne sont pas très loin. On voit leur vitesse, c’est intéressant pour comparer les performances des Ultim. On passe beaucoup de temps à régler le bateau.”

À 16h, les Ultim Maxi Edmond de Rothschild, Banque Populaire et Sodebo Ultim 3 ont effectué un nouvel empannage dans un timing millimétré. L’objectif : trouver le moment parfait qui leur permettra de réaliser un long bord vers Porto afin de toucher du vent soutenu. Gildas Morvan, directeur de course explique : “Le timing de l’empannage est important, Il faut chercher l’accélération de vent en trouvant le bon dosage car en fin de journée la mer sera croisée, avec une houle de 2 à 3 mètres”. Selon les trajectoires, les bateaux pourraient rencontrer des vents d’une trentaine de nœuds dans la nuit avec des rafales pouvant atteindre 40 nœuds. “Ça va être plus sportif, il faudra être vigilant sur les manœuvres » déclare Armel Le Cléac’h. Des conditions intéressantes selon le skipper du Maxi Edmond de Rothschild : “C’est le début de saison, on ne connaît pas bien le potentiel des bateaux, on se découvre. C’est plutôt excitant que stressant d’avoir ces conditions. Ça va aller vite, on va frôler les 40 nœuds voire les dépasser ”. Au premier jour de course, la confrontation tient toutes ses promesses !

L'info en continu

10 @oceanfifty sur la route mémorielle des pêcheurs de Terre Neuves, c'est cet été !
Rendez-vous le 10 août à Saint-Pierre-et-Miquelon pour une semaine de festivités avant le coup d'envoi de la course le 17 août, direction de @StBrieucAgglo ! #TerreNeuvas2024

🚀 Attrape-le, si tu peux ! La chasse au leader est ouverte dans l'ouest… Et ce matin encore, rien n’est joué sur les routes divergentes vers les Açores, où les premiers sont attendus samedi, en début de soirée 📆
https://urlz.fr/qeuI

🏅 Classement à 7h

Toujours avantage à l’ouest pour la flotte #Niji40 emmenée par Amarris, Acrobatica et la Manche Évidence Nautique.
Les deux dissidents restés à la côte ont eux aussi mis le cligno à l’Ouest, 200nm plus au sud.

🗺️

J+3 sur la #Niji40 - "Deux salles, deux ambiances" est l'expression consacrée du jour !

Si les sudistes filent dans des conditions presque estivales, le reste de la flotte espère que leur option paiera et que toutes ces heures de vie penchée au près ne seront pas vaines 😅

Load More